L'année H14 vient de commencer...

On se les pele, mais qu'est-ce qu'on a bien dormi !

L'année vient de commencer, et il fait froid. Mais la lumière est bonne aujourd'hui, et j'ai bien dormi, alors je vais prendre quelques photos.

Voila un petit dejeuner !

Non seulement j'ai bien dormi, mais apparemment je vais bien bouffer ce matin, vu que le début d'année est aussi la période où l'on mange O Setchi.

Et encore, on appelle ca un plat simple !

O Setchi, c'est l'art du plat tout préparé mis dans des boîtes en bois. Ca met l'eau à la bouche...

Un conseil : eloignez le chat si vous voulez qu'il vous en reste.

Un plat important : les tranches d'omelette, au goût sucré, et de chair de poisson travaillée, au goût salé.

Les champignons, ca va avec tout...

Ce à quoi il convient d'ajouter champignons et légumes divers...

Non, ce n'est pas du caviar, mais ca pourrait.

Les haricots noirs se dégustent séparément, et ça fond dans la bouche.

Le yurine est tres difficile a preparer.

La purée de yuri (une fleur dont j'ai la flemme de chercher le nom français) est blanche, parce que l'on supprime toutes les parties non blanches lors de la (longue) préparation.

Non, ceci n'est pas du Toufuu !

Un petit flan de poisson pour se remettre de toutes ces émotions...

Je mange de l'oden parce que j'aime ca. Bizarre, non ?

Et enfin un excellent plat d'hiver : l'Oden, ça réchauffe et ça cale bien ! J'aime bien ça et je le dis ; une équipe de télévision m'a même filmé pour l'émission "spécial Oden" de la chaîne nationale, le mois dernier.

Une petite place pour le mochi...

Un bon repas d'hiver comporte toujours un bon petit mochi, une galette de riz bien compacte, ici noyée dans une soupe et accompagnée d'une tranche de naruto, qui étouffe bien avant de quitter la table. Je vous épargne le gros plan du gros mochi qui fond entre les baguettes, disons que ce n'est pas particulièrement photogénique pour un non initié.

Burp, je me sauve, ou bien je vais eclater !

Après ce repas simple de roi, allons faire une promenade digestive pendant que dure encore le jour en cette froide saison...

Grosse surprise : les canalisations n'ont pas eclate !

C'est que ça pinçait carrément, la nuit dernière : il n'est pas tombé une goutte ni un flocon, mais le brouillard de la nuit a laissé des traces.

La bonne terre gorgee d'humidite, quand ca gele...

Ca a bien gelé, comme l'attestent les boursouflures caractéristiques de la terre...

Un arbre, ca vit.  Un arbre, ca vit.

L'écorce de certains arbres pèle sous l'effet du froid de saison ou de la vieillesse ou que sais-je d'autre encore, mais une perle de résine rouge témoigne que la vie est présente, par dessous.

Quelque chose me dit qu'il n'y a pas grand monde dans le coin...

C'est que certains arbres sont de vénérables nids de lianes. Cette partie de la forêt est solennelle et grave.

L'apres-midi est calme dans ce coin perdu

La vallée est plus calme en cette saison. Les habitants et les champs se reposent.

C'est une vallee profonde

Le riz a déjà été coupé et récolté. Les champs vides serpentent entre les montagnes.

Un seul champ peut produire assez de riz pour une personne pendant un an.

Il ne reste plus des gerbes de riz que de petites touffes, heureusement, d'ailleurs.

... quand on peut le recolter ;-)

Car la gelée de la nuit dernière n'aurait pas fait de quartiers.

Il va falloir monter tout ša...

Ceci dit, c'est bien gentil, les vallées encaissées isolées du reste du monde, mais le problème est que les relais téléphoniques sont injoignables. Il va falloir grimper...

Ca monte, et c'est plein d'arbres.

Car la montagne est un excellent isolant contre les ondes radio. Un peu trop excellent parfois.

Tiens, une hutte !

Nous voici arrivés au sommet. Le téléphone indique un niveau de connexion optimal. Chouette.

Je dirais meme plus : une hutte !

Tiens, mais ne dirait-on pas une vague sorte de hutte là-bas, justement ?

Mais oui, c'est bel et bien une hutte !

Dingue ça, on dirait carrément un toit qui surplombe le bord du sommet de cette montagne !

Une hutte, qui a une forme de hutte !

Incroyable, il y a même une table à l'intérieur, semble-t-il !

Oulah, le balcon n'a pas de rembarde !

Et de l'autre côté, le plancher semble s'interrompre brusquement en surplomb des arbres de l'autre pente...

La connexion, la table... Que demande le peuple ?

Bon, avant d'aller plus loin et de faire un grand pas en avant, profitons de ces excellentes conditions pour nous connecter à l'internet et faire un peu de courrier. Se prendre deux jours de repos dans la cambrousse, c'est bien, mais même si ça tombe en plein pendant une période fériée, le boulot, lui, n'attend pas.

On peu appeler ca un panorama...

Une fois le courrier expédié et les urgences urgencées, explorons un peu plus avant. Dire que le plancher s'interrompt n'est pas une métaphore, en effet !

Un beau panorama d'hiver, je dirais.

Je me demande si les mystérieux inconnus qui ont construit cet abri ont été bouffés par les ours avant de finir leur ouvrage, ou si ce n'est pas tout simplement un pan de la maison qui s'est effondré dans le vide qu'elle surplombe après sa constuction.

Le plancher ne m'a pas l'air tres solide, au passage...

Hmmmm, à la réflexion, c'est peut-être plutôt un balcon sans rembarde, pour mettre à l'épreuve le sens de l'équilibre du visiteur, tout en accélérant l'évolution (ou le taux de mortalité) des gens du coin, s'il en reste, par la sélection naturelle...

Ca manque d'un bon coup de balai...

Bref, je ne sais pas quelle mouche les a piqués, mais en tout cas c'est super-sympa d'avoir prévu un coin tranquille pour se connecter. C'est comme un cyber-café façon auberge espagnole...

Super bon coin. Heureusement qu'il n'a pas neige sinon je n'aurait jamais pu y parvenir.

Des bons coins comme ça, ça éclaire une journée de merde... Alors quand en plus c'est une excellente journée, ça ragaillardit, pour le moins !

Il va falloir songer a se rentrer...

Bon, c'est pas tout ça, mais il va falloir rentrer avant la nuit ; les ombres commencent à s'allonger légèrement, et je ne tiens pas trop à me perdre dans la montagne...